Eugène Poirot crée l’Ecole Centrale de T.S.F

1926 : l’Ecole Centrale de T.S.F. rue de la Verrerie avec au centre son directeur, M. Eugène Poirot. (Collect. Pierre Mouchel)

En 1924 M. Eugène Poirot rejoint une école de T.S.F. rue de la Verrerie à Paris où il enseigne la radio et la lecture au son. En 1926 il en prend la direction et lui donne le nom d’Ecole Centrale de T.S.F. (source : collection personnelle de M. Pierre Mouchel)

En 1922, Eugène Poirot âgé de 21 ans est démobilisé. Le voici donc rendu à la vie civile. Mais il ne faut pas croire que la société a préparé pour tous ces jeunes un avenir radieux à la hauteur de leurs espérances. Le pays n’est que désolation et malgré l’énorme tâche qui attend cette jeunesse pour remettre debout cette nation exsangue il n’est pas aisé de trouver un emploi alors que vous êtes officier radio et que quatre ans se sont écoulés depuis que les canons se sont tus. C’est ainsi que provisoirement on le retrouve chauffeur de taxi dans la région de Reims.

Elles sont nombreuses ces familles qui ayant perdu un fils, un mari ou un proche veulent se rendre sur ces champs de bataille pour se recueillir sur une tombe ou retrouver les restes d’un défunt. Mais un jour alors qu’il est à Paris il croise sur son chemin un homme qui au lendemain de la guerre vient de créer une école de TSF. En Octobre 1919, celui qui avait été l’un des ses instructeurs crée l’Ecole de T.S.F. Lavigne. Les débuts sont modestes mais on a déjà besoin de gens d’expérience pour enseigner le morse et la lecture au son, car la paix revenue les transports maritimes se développent et l’on doit recruter des opérateurs radio qualifiés.

Nous sommes en 1924 et le voici donc qui fait ses débuts de professeur rue de la Verrerie où il met à profit ses connaissances techniques acquises pendant toutes ses années passées au service de la Marine. De suite il se découvre d’excellentes qualités de pédagogue auxquelles s’ajoutent un sens de l’organisation et du commandement. On dirait aujourd’hui qu’il avait le sens du management. Alors que l’on pourrait redouter que l’amour du grand large vienne le solliciter du chant de ses sirènes, ce n’est pas seulement l’ancre qu’il vient de jeter au cœur de Paris.

Il est en train de jeter les fondations d’une école dont le rayonnement va conduire ses élèves à travers le monde tant sur les mers que dans les airs. Par contre c’est le fondateur de cette école, M. Lavigne, qui se laisse à nouveau tenter par l’aventure délaissant momentanément l’enseignement. Il rejoint l’expédition Charcot en partance pour le Groënland, laissant aux commandes Eugène Poirot qui de fait se retrouve le directeur de l’Ecole de T.S.F.

Alors que le succès est loin d’être assuré, le jeune directeur parvient à éviter tous les récifs d’autant qu’il y a de la concurrence. En cette année 1926, pour marquer sa prise de pouvoir et le changement de cap qu’il veut opérer il décide d’appeler cette école l’Ecole Centrale de T.S.F. Cette nouvelle appellation se justifie par l’emplacement qu’occupe l’école. Elle est en plein centre de Paris, dans une rue située juste derrière le BHV, à deux pas de l’Hôtel de Ville de la capitale.

JJ Wanègue

Vous voulez réagir ou témoigner de vos propres expériences au sein de l'ECE ?

2 Réponses pour “Eugène Poirot crée l’Ecole Centrale de T.S.F”

  1. Jamil Sherif dit :

    Dear Sir, where can I get a list of students who enrolled for a three-month course ‘Fondamenteaux de TSF’ at Rue de la Lune in January 1931? I need this information for a biographical study, thank you.

  2. jose dit :

    Reply to Mr. Jamil Sherif

    Dear Sir,
    I would like to thank you for the interest you expressed about the history of our school, and more specifically for the period January 1931. You inquiry is going to give us quite a hard time. The reason is the following. We have in our archives almost all records of the thousands students that came to the Rue de la Lune for training, including those who followed mail classes. These records are in the form of slips and are carefully stored in drawers in our safe room. The problem is that when the school started to make these records, they were arranged in alphabetic order. Though the school has been created in October 1919, it is probably in September 1927 that it started to keep an ID slip for each student. The oldest one I found so far is number 11, dated from September 12 1927. It means that it is currently almost impossible to find all the students that have enrolled in January 1931. We are planning to rearrange these records in time order and capture them for a data base. But this will take a lot of time and means, and we couldn’t plan this task yet.
    In order to help you, you would have to help us a little bit. First we are curious to know what type of research you are conducting and how this research is related with our school?
    At least do you have the name of one or two persons who could have been part of these students? With a name and the year 1931 you are looking for, we may find an ID slip matching the name and the year. This may be the start for further findings as one piece of information may bring clues from which we can move further ahead.
    I hope you won’t be too much disappointed with our reply and soon I will get from you some hints to be successful with you.
    With kind regards

    Jean-José Wanègue

Témoigner